l\'indigné

Real Humans - 100% Humain et/ ou profit

n

 

 

Real Humans - 100% Humain

Dans un monde proche du nôtre, les hubots (human robots) ressemblent à Real Humans - 100% Humain

 

 

 

Real Humans - 100% Humain

Dans un monde proche du nôtre, les hubots (human robots) ressemblent à s’y méprendre aux êtres humains qu’ils remplacent dans les tâches domestiques.

 

 

> La série

 

  

 

Real Humans (100% Humain)

Épisode 7 , Épisode 8 Deux épisodes tous les jeudis du 4 avril au 2 mai 2013 à 20h50

 Dans un monde proche du nôtre, les hubots (human robots) ressemblent à s’y méprendre aux êtres humains qu’ils remplacent dans les tâches domestiques. Une cohabitation qui engendre des relations complexes et des émotions contrastées, entre amour et haine, alors que certains humanoïdes rêvent d’émancipation (Suede, 2012, 59mn)  ARTE F  

 

A lire aussi Real humans Thèmes : Cinéma & FictionReal Humans, robots, série, Lars Lundström, Suède 

 

Les illusions du progrès technique - Les renseignements généreux :

Téléphone portable, automobile, ordinateur, console de jeux, lecteur MP3... Nous vivons dans un monde où la technologie est omniprésente, son évolution spectaculaire. Pourtant, le progrès technique est-il forcément synonyme de progrès social ? Quelles sont les conséquences sociales et environnementales de la course au high tech ? Quelles sont ses alternatives ?

 

 

une photo de Andres Sosa.

 

 

 

La robotique est considérée comme l'une des technologies clefs pour l'avenir,
peut-être la prochaine grande révolution industrielle, comparable à Internet,
avec un marché estimé pour la seule robotique de service, à 100 milliards d'euros en 2020
par la Commission européenne, un marché multiplié par 30 en 10 ans."
– Ministère du Redressement Productif

 

Des robots pour relancer l'économie ?

L'un des facteurs nouveaux depuis le début de la crise financière est probablement la hausse des salaires chinois, historiquement les plus compétitifs sur le marché.

Avant, il était plus simple pour tout le monde de délocaliser son activité, et de consommer des biens provenant d'Asie, où le coût du travail était très faible.

Mais désormais, les salariés chinois ne l'entendent plus de cette oreille – à force de pression sur le patronat, ces derniers ont vu leurs salaires tripler en sept ans.

Pour répondre à ce changement, une entreprise comme Foxconn, principalement implantée en Chine, n'a pas hésité à faire passer le nombre de robots en service de 10 000 en 2011 à un million prévus pour 2014 !

L'embourgeoisement de la classe moyenne chinoise est un phénomène qui touche d'abord les entreprises chinoises mais qui s'est très vite propagé à l'économie mondiale.

Ainsi, on assiste depuis quelques années à une homogénéisation mondiale du coût du travail qui encourage les entreprises à relocaliser leur production.

Une relocalisation qui, même si elle implique une automatisation, est créatrice d'emplois sur le territoire national. Et qui dit emplois, dit croissance !

Prenons le cas de l'Allemagne.

Source : © Rainer Plendl - Fotolia.com

Source : © Rainer Plendl - Fotolia.com

Le pays domine le marché de la robotique industrielle depuis des années. Dès 2009, il fournissait 14% des technologies robotiques employées dans le monde. Un moteur de croissance exceptionnel qui fait du pays le second fournisseur mondial derrière le Japon.

Ce qu'il faut comprendre derrière cette politique industrielle, c'est que l'Allemagne dispose de deux fois plus d'emplois industriels que la France.

Plus elle s'équipe en robots, moins elle a besoin de chercher de la main-d'oeuvre bon marché à l'étranger. C'est donc l'emploi national qui est privilégié !

Passons aux Etats-Unis où les recherches sur les solutions robotiques télécommandables ont débuté dès les années 1930. Leur avance est incontestable dans des secteurs comme la défense, l'agriculture, les mines et travaux publics ainsi que pour les applications domestiques.

En 2011, le président Barack Obama a lancé un Partenariat de Production Avancée (PPA) – une enveloppe de 500 millions de dollars pour catalyser l'action des industries avec celles du gouvernement et des universités – dont 70 millions seraient consacrés à la recherche sur la robotique.

Actuellement, de nombreuses entreprises américaines rapatrient leur production et équipent leurs usines de robots, comme General Electric, Boeing, Spirit AeroSystems et même Apple.

Et en France ? Même combat ! Arnaud Montebourg a même annoncé début 2013 que "l'Agence française des investissements internationaux [AFII] va offrir gratuitement aux entreprises qui le souhaitent un nouveau service, en leur permettant de calculer les avantages de tous ordres à relocaliser des activités."

Certaines entreprises tricolores n'ont pas attendu le logiciel de l'Etat pour sortir leur calculette : l'opticien Atol, le fabricant de bureaux Samas, le producteur de compresseurs Sullair, le fabricant de mobilier de bureau Haworth, le fabricant de ski Rossignol et bien d'autres se sont relocalisés en France ces dernières années.

On voit ainsi que la robotique maintient ou augmente les profits, nouvelle niche et permet de relancer l'économie des pays en créant des emplois qualifiés, et en réimplantant leur production à domicile, sans création d'emplois, sans grève,

.

Comme vous pouvez le constater au travers des cas chinois, américain, allemand ou encore français, le monde change, et tout cela est en train de se passer là, en direct, sous nos yeux !

 

Pour ne pas en perdre une miette, zoomons sur ce boom de la robotique afin de savoir sur quelle branche se poser... et viser une récolte de plus-values la plus rapide et la plus importante possible !

 

Robotique de service VS robotique industrielle :
d'où émergera la prochaine Apple de la robotique ?

 

Les données que j'aimerais partager avec vous à présent sont issues du rapport de la PIPAME (Pôle interministériel de prospective et d'anticipation des mutations économiques) intitulé "Le développement industriel futur de la robotique personnelle et de service en France" – un rapport officiel.

 

De quoi s'agit-il ? Tout simplement des plus sérieuses estimations dont nous disposions sur la croissance des marchés de la robotique. Une mine d'or pour les 'investisseurs p(articuliers, institutionnels et spéculateurs) !

 

Premier cas : la robotique personnelle (domestique et ludique)...

Graphique d'estimations des marchés de la robotique personnelle

Vous voyez que les estimations sont claires. Que l'on se base sur les estimations optimistes ou raisonnables, la tendance est à la hausse continue !

 

Pas étonnant que notre gouvernement prenne des mesures pour aider le pays à profiter de cette conjoncture favorable. Une troisième révolution industrielle, ça ne se manque pas... surtout en période de crise financière, et surtout de crise de la dette. La dette est l'exact opposé de la création de richesse, alors vous pensez bien qu'un peu plus de productivité serait la bienvenue.

 

Graphique d'estimations des marchés de la robotique professionnelle

Vous le voyez, le marché de la robotique industrielle n'est pas en reste, loin de là. Il pourrait même peser deux fois plus que celui de la robotique personnelle et ludique.

 

Selon le rapport de la PIPAME, "le marché mondial de la robotique de service personnelle et professionnelle pourrait atteindre 27 milliards de dollars en 2015" !

 

Des domaines d'application variés, un bon point pour diversifier vos placements !

Maintenant que je vous ai décrit les fondamentaux de cette révolution robotique, nous allons pouvoir aborder la question qui rend ce secteur d'investissement si passionnant : les applications.

La variété des domaines d'applications et de leur potentiel de commercialisation.

 

Applications éducatives, d'aide à la personne

Vous n'avez jamais entendu parler de NAO ? Il est pourtant sorti d'une start-up française ! Il est déjà utilisé dans les laboratoires de recherche et les universités à travers le monde comme outil pédagogique. Ce petit robot humanoïde est autonome et programmable sous Linux – il est capable de sentir son environnement et d'interagir.

Photo robot Nao

Source : © ALDEBARAN ROBOTICS

D'après ses concepteurs : "les robots permettent aux étudiants de relier théorie et pratique et de découvrir une large palette de domaines liés à la robotique tels que l'informatique, l'ingénierie et les mathématiques."

"Les étudiants acquièrent une expérience directe en utilisant NAO et, en laboratoire, ils peuvent découvrir des sujets passionnants tels que la locomotion, la préhension, le traitement de signaux audio et vidéo, la reconnaissance vocale et bien d'autres encore."

Ce n'est pas tout : NAO propose également une application pour les enfants autistes. D'après le fabricant, ces enfants auraient une grande curiosité face à ce robot à la drôle d'allure.

Grâce à l'interaction robot-enfant et avec le travail du personnel soignant, NAO permet des échanges et des stimulations vives entre les enfants et le milieu social.

 

Applications agricoles

 

La plupart des tâches laborieuses qui étaient réalisées par les humains peuvent être désormais confiées à des robots. Je ne vous donnerai ici que deux exemples qui me paraissent parlants :

Si je vous dis qu'un robot est très utile dans la région de Bordeaux ? Le vigneron électronique bien sûr ! L'entreprise Vitirover a lancé un robot de tonte guidé par GPS, alimenté à l'énergie solaire et qui se programme depuis un smartphone.

 

Ce drone roulant est prévu pour entretenir l'herbe aux pieds des vignes et remplacer les désherbants chimiques. Dès l'achat, le robot est livré avec les coordonnées GPS de la ou des parcelles de vignes à tondre. Il est économique, écologique et rapidement opérationnel !

Encore plus fort, le Robotic Strawberry Harvester est un cueilleur de fraises développé par Robotic Harvesting LLC, un bras articulé capable de cueillir une fraise toutes les cinq secondes et de la poser sur un tapis roulant – sans l'endommager, cela va sans dire...

 

Là encore, les applications ne manquent pas. Et l'on peut très facilement imaginer la somme de travail que pourrait assurer un entrepreneur agricole équipé d'une armée de robots spécialisés pour l'aider dans sa tâche. Quand on sait à quel point le secteur manque de main-d'oeuvre, on peut se dire qu'il y a vraiment de l'avenir pour la robotique agricole.

 

Applications en chirurgie

Source : © 2010 Intuitive Surgical, Inc

Source : © 2010 Intuitive Surgical, Inc

Une véritable révolution dans le champ de la chirurgie. Avec le système Da Vinci, les chirurgiens disposent désormais d'un robot ultra-précis qui leur permet d'opérer à distance du patient.

Les chirurgiens pilotent un module qui transmet les informations à un robot – lequel opère avec une précision et des degrés de liberté supérieurs.

Avec ce système, une légère incision dans le corps du patient suffit pour introduire les instruments et la caméra 3D haute résolution.

Le coût d'un tel robot serait de deux millions d'euros plus 200 000 euros de frais de maintenance annuels plus 1 000 à 2 000 euros de maintenance pour chaque opération.

L'entreprise a vendu plus de 2 500 robots de ce genre dans le monde depuis 1999.

 

Applications de défense

 

Une histoire maintenant : au printemps 2002, une jeune recrue – que j'appellerai par ses initiales, S.D. – est envoyée en Afghanistan pour y effectuer ses premières missions au sein de l'armée américaine.

 

Quelques mois plus tard, S.D. est devenu expert en engins explosif et opère en Irak. Sa mission du jour : examiner un objet suspect en bordure de route – la routine pour ce vétéran.

 

 

En effet, depuis son entrée dans l'armée, S.D. a déjà examiné et détruit 23 bombes avant celle-là. La procédure est acquise les gestes quasi-automatiques, millimétrés.

 

Le soldat S.D. s'avance doucement sous l'oeil vigilant de ses camarades restés à l'arrière. Arrivé à proximité de l'engin, S.D. tente de soulever une plaque de tôle lorsque tout à coup :

 

Boum ! La bombe explose, projetant en arrière S.D. qui meurt sur le coup.

 

Son "corps"... a été rapatrié, mais rassurez-vous : personne n'a pleuré sa disparition, personne n'a envoyé de lettre à sa famille, personne n'a décoré S.D. pour sa bravoure... et pour cause :

 

S.D. était un robot.

 

Scooby Doo de son vrai nom était l'un des robots utilisés par l'armée depuis une dizaine d'années, en charge des missions les plus périlleuses : exploration, infiltration, déminage, etc.

 

Grâce cette technologie, des milliers de vies ont été épargnées depuis le début des opérations au Moyen-Orient – et la liste des personnes sauvées par des robots ne fait que commencer...

 

Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à penser aux robots envoyés sur le site contaminé de Fukushima par exemple.

 

 

À LIRE AUSSI SUR


> «Real Humans», le cyber des mondes

> Le robot aménagé
La série reprend tous les fantasmes mythologiques liés au genre, avant même l’apparition du terme.

> «Pour les Japonais, l’humanoïde facilite les interactions sociales»
L’anthropologue Emmanuel Grimaud évoque le rapport aux robots.

 



26/04/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres